Nouvelle Recherche :
Nous vous suggérons :
Produits et services
Les articles
Offres
Isolation

Rénovation et énergie : rationalisation des aides en Wallonie

primes_renovation   

Moins de subventions, plus de prêts. Le gouvernement wallon rationalise sa politique d’aide publique à l’énergie et au logement dès le 1er avril 2015. A la veille de l’ouverture du Salon international du bâtiment de la rénovation et de la décoration Batibouw à Bruxelles, le point sur le nouveau dispositif d’accompagnement financier des particuliers et des entreprises dans les travaux de réhabilitation du bâti et d’économie d’énergie, tel qu’il est présenté par la Région wallonne.  

Le renouveau des primes wallonnes

Simplifiée et rationalisée. L’éco-politique Energie-Logement de Wallonie se redessine à partir du 1er avril. Les objectifs restent les mêmes : limiter la dépendance aux énergies fossiles (gaz et mazout) et rénover le bâti particulièrement vétuste de la région. La soixantaine d’éco-primes se répartit désormais entre un pack rénovation réservé aux bâtiments de plus de vingt ans et un pack relatif à l’économie d’énergie.

Les aides se limiteront aux travaux "les plus efficaces" en matière d'économie d'énergie et "indispensables en matière de salubrité": isolation du toit, des murs et des planchers, équipements de chauffage, rénovation de toiture, salubrité des murs et sols, coffret électrique ou menuiseries extérieures. Les primes – en forfait ou au mètre carré - ne dépasseront jamais 70% des factures pour chacun des travaux.


Etre éligible et toucher les primes vertes

Les conditions d’attribution sont revues :
• l'obligation d'un audit énergétique est levée. Le système de chauffage compte moins que sa performance.
• les cœurs de ville ou de village sont favorisés.
• les aides sont limitées en fonction des revenus du foyer et rééquilibrées en faveur des
plus modestes. L’objectif est de faire passer de 10% à 50% le taux des ménages wallons sous le salaire médian faisant appel aux primes.

Un coefficient multiplicateur apparaît, multipliant la prime :
• par trois pour les ménages d’un revenu net imposable inférieur à 21.900 euros ;
• par deux pour la tranche allant jusqu'à 31.100 euros ;
• par 1,5 pour celle jusqu'à 41.100 euros.

Et au-delà de 93000 euros annuels, plus d’aides publiques.

Le nombre d’enfants à charge est doublement pris en compte : on déduit ainsi du revenu net imposable annuel 5000 euros par enfant, au lieu de 2500.

Le budget global des éco-primes est, rappelons-le, revu à la baisse. Il passe de 65 à 40 millions d’euros annuels. Les 25 millions économisés doivent être redéployés à terme sur les dispositifs de prêt à taux zéro ou réduits - Ecopack, Renopack, Accespack - en place jusqu’en 2019.

Dans les faits, les primes sont réglées deux ans après les travaux. Ce redéploiement vers les prêts doit donc permettre de mieux inciter les ménages modestes à se lancer dans des travaux qu’ils n’auraient pas pu ou voulu pré-financer. Toute demande de prime ou de prêt peut être adressée dès maintenant.

 

 

Commencez votre demande de devis en Isolation
  • Réponse de HILDA DUPONT

    jun 29, 2015

    Merci pour les information mais il n'en demeure pas moins vrai que le ménage modeste hésite car il craint la complexité des démarches pour obtenir les primes et surtout un emprunt auprès de la Région wallonne, même s'il entre dans les conditions requises. Bien à vous et encore merci!

    Commentez cette réponse